Entreprise familiale de culture du chanvre et de bétail Galloway – Baranauskai farm

La ferme Baranauskai appartient à Vaidas et Egle, des agriculteurs installés récemment. La ferme Baranauskai est une ferme multifonctionnelle située à mi-chemin entre Marijampole et Vilkaviskis. Les parents d’Egle ont créé la ferme d’origine en 2006 ; ils produisaient du colza et du blé pour l’exportation. Cependant, en 2015, Egle et Vaidas ont décidé de créer une activité supplémentaire. Avec le soutien des parents d’Egle et un financement de l’Union Européenne, ils ont fondé leur propre ferme où ils ont commencé à cultiver du chanvre biologique et des bovins de race Galloway. La culture du chanvre biologique reste une production de niche en Lituanie. L’absence de concurrents sur le marché lituanien implique aussi qu’ils ont souvent dû se débrouiller seul. Tout d’abord, ils ont acheté 40 ha de terres, au fil du temps, la ferme Baranauskai s’est agrandie jusqu’à 60 ha. Actuellement, ils transforment et distribuent leurs produits et développent leurs activités.

Présentation de l’exploitation agricole       

La ferme Baranauskai s’est récemment converti à l’agriculture biologique. Le chanvre (Cannabis sativa L.) est la production principale mais ils élèvent aussi des bovins de race Galloway. La majorité des prodcutions sont vendues sous forme brute : chanvre séché, graines et bétail sur pied. Ce modèle d’entreprise est donc plus facile à suivre pour les nouvelles entreprises, car elles peuvent se référer à des structures déjà existantes. Toutefois, afin de diverisfier leur production et d’établir une relation avec les clients, les agriculteurs ont commencé à rechercher différentes méthodes de transformation et de distribution des produits. Ils ont commencé à produire des produits à base de chanvre, comme le thé au chanvre, et à les vendre sur les marchés de Marijampole, dans les épiceries spécialisées et lors des foires et des festivals de la ville.

Le chanvre était illégal en Lituanie pendant très longtemps, mais après la légalisation, de nouvelles fermes ont été créées. Ils ont choisi cette production parce qu’ils étaient très intéressés par les avantages de la plante : la valeur nutritionnelle des graines, l’huile et les autres utilisations de la plante, comme les bardeaux pour la construction et les fibres pour l’industrie textile.

L’élevage biologique est l’activité secondaire de l’exploitation. C’est une sécurité, au cas où la récolte de chanvre serait détruite par de fortes pluies ou des sécheresses, qui sont actuellement plus fréquentes.

Les agriculteurs utilisent les trois quarts de leurs terres pour les semences et la culture du chanvre. Le reste est utilisé pour le pâturage du bétail et la production de fourrages, également biologique.

Comme l’aspect des fibres de chanvre ne diffère pas de celui des drogues contenant du cannabis, les agriculteurs doivent respecter une législation stricte. Le chanvre utilisé ne contient pas de substances intoxicantes. Dans la fibre de cannabis utilisée, la proportion de THC (tétrahydrocannabinol) doit être inférieure à 0,2 %, (pour une utilisation médicale de 5 à 15 %). Les agriculteurs doivent tout enregistrer dès le semis :  type de graines utilisés, factures, certificats, etc. Chaque registre peut être vérifié à tout moment, et des registres séparés sont tenus pour le cannabis lui-même et les produits à base de cannabis (par exemple, l’huile de cannabis). Les réglementations pour la production de cannabis sont beaucoup plus strictes que pour les autres cultures, elles doivent signaler le début de la floraison à la récolte, et les champs peuvent être vérifiés à tout moment.

Stratégie de développement                                                    

L’agriculture est entrée dans la vie d’Egle d’abors comme source de revenus complémentaire. Cependant, au fil du temps, l’agriculture est devenue de plus en plus rentable et elle y a investi plus de temps et d’énergie.

À l’origine, les parents d’Egle, qui possédaient l’une des terres les plus fertiles de Suvalkija (sud-ouest de la Lituanie), ont fondé la ferme. Ils y cultivaient le colza et le blé de manière conventionnelle, en utilisant des produits chimiques et des engrais. Les parents d’Egle ont encouragé son mari et elle à se lancer dans l’agriculture, d’autant plus qu’il était possible à l’époque d’obtenir des subventions de l’UE pour les jeunes agriculteurs. Les subventions et le soutien des parents ont été les principaux facteurs qui ont permis de démarrer une exploitation agricole. Contrairement à ses parents, Egle a décidé d’opter pour un mode de production biologique. Ce choix s’explique principalement par les caractéristiques particulières des plantes cultivées et leur utilisation. Les agriculteurs sont également préoccupés par les effets de leurs actions sur l’environnement et s’efforcent d’être durables.

Afin de recevoir des subventions de l’UE, les jeunes agriculteurs devaient posséder 20 hectares, qui leur a été donné par les parents d’Egle; en outre, ils ont loué 20 autres hectares. Cette aide leur a permis de créer leur propre exploitation agricole. La deuxième étape, très importante, a été le soutien de l’UE à la modernisation de l’exploitation. Ils ont ainsi pu acheter les machines agricoles nécessaires. Cette opportunité a permis aux agriculteurs de démarrer leur entreprise, mais l’expérience des parents d’Egle, leurs conseils et leurs relations ont été tout aussi importants. Les jeunes agriculteurs ont appris autant que possible de leurs parents, mais cela n’a pas suffi, car ils n’avaient aucune expérience de la culture du chanvre et de l’utilisation de méthodes biologiques. Ils ont donc dû apprendre à cultiver le chanvre par eux-mêmes et ont dû tirer les leçons de leurs propres erreurs. Ils ont également bénéficié des conseils des quelques agriculteurs qui ont commencé à cultiver du chanvre en Lituanie à peu près à la même époque. Au début, ils ont sous-estimé ce que signifiait la culture du chanvre. Ils s’attendaient à ce qu’il soit facile de cultiver du chanvre, mais en réalité, il leur a fallu un certain temps pour apprendre à cultiver la plante correctement, car le chanvre est très sensible aux pratiques culturales.

Modèle économique             

La ferme Baranauskai est une entreprise familiale. Les agriculteurs dépendent de toutes les ressources dont ils disposent et qu’ils peuvent utiliser. Les parents d’Egle ont été l’un des principaux artisans du succès du démarrage de l’entreprise agricole. Aujourd’hui, cependant, la jeune famille dépend principalement de ses propres bénéfices et investit dans le développement de la ferme. La ferme de Baranauskai emploie des travailleurs salariés et les salarie. Ces travailleurs étaient des employés permanents de la ferme des parents d’Egle, gage de fiabilité et de compétence.

Vaidas et Egle recherchent des acheteurs sur les expositions et les foires internationales, coopèrent avec l’Association balte des producteurs et des transformateurs de fibres et participent à divers séminaires d’entreprises. Le chanvre est une plante très polyvalente, car toutes ses parties peuvent être utilisées. Certaines parties de la plante sont vendues directement aux acheteurs comme matière première et d’autres parties sont utilisées pour la transformation. Les principaux marchés des produits sont la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la Lettonie. Les Lettons achètent toute la fibre de cannabis, qui est un liant précieux pour la construction. En outre, les fibres sont utilisées pour la production de papier et les tiges broyées sont utilisées dans l’industrie pétrolière.

La stratégie de l’entreprise est de vouloir avoir un contrôle global sur l’ensemble du processus de production, car le but principal est de produire des matières premières de qualité, de les transformer selon des process respectueux et d’emballer les produits précautionneusement. Les agriculteurs ne se contentent pas de vendre les matières premières aux acheteurs, mais ils produisent également leurs propres produits et les vendent sur les marchés agricoles locaux, dans les magasins d’aliments naturels, etc. Les fleurs de chanvre sont séchées afin d’en faire du thé ; les graines sont également séchées et vendues comme épices. Il convient également de mentionner que la production secondaire (vaches de race Galloway) de l’exploitation est également importante pour assurer le revenu familial. Si la récolte des plants de chanvre tourne mal, les agriculteurs savent toujours qu’ils disposent d’une autre source de revenus qui peut couvrir au moins partiellement les coûts. Les fermiers vendent le bétail sur pied ou leur viande.

Pratiques innovantes                                       

Pendant très longtemps, la culture du chanvre a été interdite en Lituanie. LE chanvre agricole n’a été légitimée qu’il y a quelques années. Vaidas et Egle n’ont pas eu peur des contrôles et ont pris le risque. Ils ont fondé l’une des premières fermes de chanvre en Lituanie et n’avaient pas beaucoup de concurrence à l’époque. Ils ont donc dû apprendre beaucoup de choses sur la culture du chanvre par eux-mêmes. Aujourd’hui, ils ont acquis suffisamment d’expérience pour poursuivre leur développement et se sont fixés comme objectif d’utiliser la plante de la racine à la fleur, ce qui signifie qu’il n’y a pratiquement pas de sous-produit.

En outre, depuis que la Lituanie a renoué avec la production de chanvre, les producteurs consacrent beaucoup de temps à expliquer tous les avantages du chanvre pour notre santé, à faire la promotion du produit et à faire un travail d’éducation. Aucun programme de formation spécial n’est proposé à la ferme, mais tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur cette plante sont invités à venir parler aux propriétaires autour d’une tasse de thé à la fleur de chanvre et à faire une visite de la ferme.

Futur                                          

Vaidas et Egle prévoient d’étendre leur production, car le marché est également en expansion et la demande augmente non seulement sur le marché lituanien mais aussi sur les marchés internationaux. Dans la ferme voisine de la maison, la famille est déjà en train d’achever les installations de pressage de l’huile de cannabis. Après avoir acheté une presse, les agriculteurs pourront presser ces huiles riches en acides aminés essentiels oméga-3, oméga-6 et oméga-9, qui sont bénéfiques pour la santé. Cette huile sera distribuée avec d’autres produits à base de chanvre que les agriculteurs produisent déjà.

 

Conseil pour le(a) futur(e) installé(e)           

  • Tout d’abord, évaluez vos options. Examinez votre réseau et commencez à réfléchir au soutien que vous pouvez recevoir et à ce que vous pouvez offrir en retour. Dans le cas présent, les deux fondateurs ont eu de la chance, car leurs parents avaient déjà réussi dans le secteur agricole. Cela ne signifie toutefois pas que c’est la seule solution possible. Trouvez le soutien dont vous avez besoin en adhérant, par exemple, à une association qui accompagne les agriculteurs.
  • Essayez d’imaginer toutes les possibilités qui s’offrent à vous. Par exemple. L’UE soutient les jeunes agriculteurs, ce qui peut être très utile pour les débutants.
  • Il est toujours conseillé de commencer petit. Si vous ne disposez pas de suffisamment de ressources au début, essayez de rassembler le plus d’informations possibles sur la qualité de vos semences et l’état du marché pour le produit que vous voulez produire. Apprenez à connaître les conditions naturelles et la qualité du sol sur lequel vous exercez vos activités agricoles et adaptez-vous à ces conditions. Si votre sol n’est pas productif, vous pouvez envisager une diversification (par exemple, l’élevage de bétail).
  • Si vous souhaitez mettre en place un circuit court, essayez de vous rapprocher le plus possible de vos clients. Apprenez à connaître vos clients, parlez avec eux et découvrez ce qu’ils attendent et ce qu’ils préfèrent. Ces informations sont très précieuses pour vous. La ferme Baranauskai a commencé à pratiquer l’agriculture après avoir déjà rassemblé des connaissances sur le chanvre et son utilisation.
  • Le plus important est de ne pas se décourager et de continuer. Les débuts sont particulièrement difficiles, mais si vous n’essayez pas, vous ne réussirez pas. Vous devez travailler pour atteindre votre objectif, pour que vos parents, vos frères ou vos sœurs croient en vous.

« Nous n’avions aucune idée de ce que signifiait vraiment l’agriculture, de la façon de conduire le tracteur ou de fertiliser sans pesticides. Mais cela ne nous a pas empêchés de cultiver ».

Auteurs: Vytaute Monasteryckiene, Danguole Rutkauskiene